navigation

22 mars 2013 : Prudhomme – « La position de l’AIOCC, c’est : priorité au MPCC » 22 mars, 2013

Posté par mpcc dans : INFO - NEWS , trackback

22 mars 2013 : Prudhomme - CHRISTIAN PRUDHOMME :  »LA POSITION DE L’AIOCC, C’EST : PRIORITÉ AU MPCC »

Dans quelle mesure avez-vous pris en compte les équipes membres du MPCC pour composer le plateau du prochain Critérium International (23-24 mars) ?

Nous avons sélectionné la totalité des équipes MPCC titulaires qui étaient candidates – onze équipes en l’occurrence. On a ensuite complété en fonction du plateau, avec les équipes qui pouvaient aligner les meilleurs leaders par ailleurs. Et c’est une règle que nous souhaitons appliquer à toutes nos épreuves Hors-Classe [NDLR : Tour du Qatar, Tour d'Oman et Paris-Tours]

Quel message souhaitez-vous faire passer aux organisateurs, concernant la position de l’AIOCC*, dont vous êtes le Président, par rapport au MPCC ?

La position de l’AIOCC est celle que j’ai développée lors de son assemblée générale, au mois de novembre, à Paris : priorité est donnée aux équipes du MPCC. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il ne faille inviter que des équipes appartenant au MPCC. Mais le MPCC impose des règles plus strictes à ses propres équipes, à ses propres coureurs, et je m’en félicite. A valeur égale, il faut montrer que les équipes du MPCC défendent un cyclisme que l’on aime, le cyclisme d’un monde meilleur. Pas d’un monde parfait, mais d’un monde meilleur. A titre d’exemple, pour les épreuves ASO, la totalité des invitations sur les épreuves World Tour sont données à des équipes MPCC.

La notion de période probatoire, mise en place par le MPCC pour certains nouveaux membres, est-elle importante à vos yeux ?

Oui, c’est une décision qui me satisfait pleinement, et qui s’aligne clairement sur la philosophie du MPCC. Chacun veut tendre vers un cyclisme meilleur, et il est parfois nécessaire d’attendre un peu pour voir si les comportements vont évoluer, au delà de la déclaration d’intention. Le MPCC a affirmé dès le départ ne pas fermer la porte à ceux qui veulent rejoindre le mouvement. Mais au vu de ce qui a pu parfois se dérouler dans le passé, c’est une bonne décision de mettre en place cette période probatoire. Les équipes en « probation » ont un an pour faire la démonstration de leurs réels efforts et – si tout se passe bien – elles seront ensuite acceptées de plein pied dans le MPCC. Mais oui, en effet ! cette période probatoire était nécessaire pour le MPCC, pour sa crédibilité, et pour tous ceux qui défendent ses valeurs.

L’UCI (qui a commencé à le faire, en prenant position sur les corticoïdes) doit-elle s’aligner sur les dispositions adoptées par le MPCC ?

La difficulté, c’est que ces règles que s’imposent les membres du MPPC sont plus strictes que le propre Code mondial antidopage. Cela revient, d’une certaine manière, à sortir du monde du sport en général et des règles qui le régissent. Naturellement, si ces règles étaient adoptées par une fédération, elles seraient imposées à tout le monde, et ce serait mieux compris par tout le monde.

Ne risque-t-on pas d’évoquer un cyclisme à 2 vitesses, sous prétexte que huit équipes World Tour n’adhèrent pas au MPCC ?

Non, parce que toutes les équipes ont, de toute façon, l’obligation de respecter le Code mondial antidopage – qu’elles soient membres du MPCC, ou non. Certains se disent qu’ils doivent s’imposer des règles encore plus strictes, mais ça ne veut pas dire que les autres ne respectent pas les règles du Code mondial antidopage, qui régit le monde du sport, au delà du cyclisme.

La banque LCL, sponsor de 25 ans du maillot jaune, ainsi que PMU, sponsor du maillot vert, ont rejoint récemment le MPCC, vous y êtes pour quelque chose ?

Non, mais je me réjouis que l’on partage les mêmes idéaux. C’est d’ailleurs pour ça que LCL est le premier partenaire privé du Tour de France et le plus fidèle depuis trente ans. C’est le même cas de figure pour le PMU, qui est partenaire du Tour de France depuis plus de vingt ans. Il n’y a pas de hasard. A travers les difficultés des uns et des autres, « l’autre » était toujours là. Cela veut simplement dire que l’on partage la même philosophie, et que l’on a envie d’un cyclisme crédible, qui est exactement celui que défend le MPCC.

* Association internationale des organisateurs de courses cyclistes

CHRISTIAN PRUDHOMME : « AIOCC POSITION IS CLEAR: PRIORITY TO MPCC »

How did you take into account MPCC members while choosing the teams invited for the next Criterium International (March, 23rd-24th)?

We have invited all the MPCC teams who applied to the race, eleven teams in that case. Then, we chose the rest of the teams given the roster they were proposing. This is a rule we wish to apply to all our HC races (Tour of Qatar, Tour of Oman, Paris-Tours).

As the AIOCC president, what message did you want to convey to organizers in relation to MPCC ?

The AIOCC position hasn’t moved since november, when I presented it during its general assembly : priority goes to MPCC teams. Obviously, it doesn’t mean that organizers have to invit only MPCC teams. But MPCC sets harder rules to its own teams and riders, and I welcome it. When two teams are at the same level, we have to show that the MPCC one defend a cycling we love, a cycling from a better world. Not a perfect world, but a better one. For instance, on ASO races, all the wild-cards for World Tour races are reserved to MPCC teams.

Is the notion of probatory period, set by MPCC for some of the new members, important ?

Yes, I’m fully satisfied with this decision, it’s definitrly what the MPCC philosophy is. We all want to tend towards a better cycling, and sometimes, it’s necessary to wait a bit to assess the evolution in behaviors. MPCC stated from the beginning that it would not close the door on new members. But if we consider what happened in the past, it is a good decision to implement a probatory period. Teams that are concerned have one year to show their efforts, and if everything goes well, they become then full MPCC members.
This probatory period was indeed an appropriate decision for MPCC, its credibility and the credibility of those who defend its values.

Should UCI align its rules with those set by MPCC, as it started to, taking position on corticosteroids ?

The problem is that the rules set by MPCC are even harder than those of the World Anti-Doping Code. In fact, MPCC is going beyond sport in general and its rules. If those rules were adopted by a federation, they would obviously have to be applied to everybody, and that would be better understood by all.

Ain’t there a risk of a two-tier cycling since 8 World Tour teams are not MPCC members ?

No, because all the teams, MPCC members or not, have anyway the obligation to comply with the World Anti-Doping Code. Some teams decide to set harder rules to themselves, but it doesn’t mean that the others don’t comply with the anti-doping rules, that govern the world of professional sport, beyond cycling.

LCL, the yellow jersey sponsor for 25 years, and PMU, the green jersey sponsor, recently joined MPCC. Are you behind this decision ?

No, but I am pleased that we share the same values. This is exactly why LCL is the Tour de France first private partner and its most loyal sponsor for 30 years. The same is the case for PMU, who has been a Tour de France sponsor for more than 20 years. There is no coincidence. Through all the difficulties, we have always been there for each other. It simply means that we share the same philosophy, and that we wish for a more credible cycling, a cycling that has the values defended by MPCC.

Photo : Sport-phot.com / Nicolas Götz

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

FOOT CAUX |
wwwfoot07 |
L'escalade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AQUAROC 2008
| Union Vélocipèdique Limou...
| hdklyon